logo lesviolets.com
croix occitane
logo lesviolets.com
TFC - Paris FC : le 11 de départ du TFC
Christophe Revault : "On ne pouvait que l'aimer et l'admirer", les hommages d'Achille Emana et Julien Cardy

Ce samedi, au-delà du match TFC - Paris FC, le virage Ouest du Stadium sera renommé en virage Christophe Revault.

Ce samedi, au-delà du match TFC - Paris FC, le virage Ouest du Stadium sera renommé en virage Christophe Revault. Les supporters, la direction du club, d'anciens joueurs et des élus lui rendront hommage lors de la mi-temps. Pour le site LesViolets.Com, Julien Cardy et Achille Emana, deux anciens coéquipiers, ont tenu à publier ces mots pour l'ancien ange gardien du Tèf.

Julien Cardy : "Je me suis beaucoup reposé sur son professionnalisme et sa volonté de mettre tout le monde à l'aise. J'ai passé 6 ans à Toulouse, lui était un professionnel aguerri, moi je commençais ma carrière. J'ai beaucoup apprécié le sportif et l'homme. Il n'avait pas peur des défis, il aimait son sport et la vie. C'était quelqu'un de très simple. On ne pouvait que l'aimer et l'admirer. Il donnait l'exemple à l'entraînement au quotidien pour nous les jeunes. Il m'a beaucoup apporté pour la suite de ma carrière avec sa gentillesse mélangée à de la rigueur pour pouvoir être le plus professionnel possible. C'est une grande perte pour le TFC et le football. Ce sera super de lui rendre hommage ce samedi, il le mérite. En plus, cette inauguration se fera dans un stade plein avec un match important."

Achille Emana : "Mon premier souvenir avec lui, c'était lors de mon premier entraînement avec les pros. J'étais en équipe 3 et quand je suis arrivé avec la Une, Christophe m'a dit : "Toi, tu es venu me faire chier", car il savait que j'aimais tirer (rires). J'étais tout gamin. Mais ce qui m'a le plus marqué, c'est que quand le club est descendu en National, c'est le premier à m'avoir dit que lui restait, avant même Lièvre et Prunier. Il le devait aux Toulousains après une mauvaise saison. Christophe me disait souvent : "Tu as un potentiel que tu ignores, exploite-le. Montre aux gens ce que tu sais faire. Une seule touche, je sais ce que tu es capable de faire pour ce club." Dans le vestiaire, sur le terrain et dans la vie, c'était quelqu'un d'exceptionnel. Il ne parlait pas beaucoup, il observait, mais quand il prenait la parole, il était juste. Je me rappelle que quand on a affronté Liverpool, il n'était plus au club, mais on se parlait souvent. Il m'a dit que j'étais capable de réveiller le Stadium et que je pouvais me jouer de Javier Mascherano, qui était derrière moi-même quand j'allais aux toilettes (sourire). Et quand je perdais le ballon, il m'engueulait. Christophe a aussi été la première personne qui m'a fait comprendre que l'argent aidait beaucoup, mais ne rendait pas heureux. Il me disait : "Plus tu démontres ton talent, plus l'argent entre." Il avait raison. Christophe, William et Stéphane ont été des exemples pour nous encadrer, nous les jeunes."