logo lesviolets.com
croix occitane
logo lesviolets.com
Mercato : une offre de prêt refusée par le Celtic pour Stephen Welsh
Présentation : Avec Julia Arpizou, le TFC est également un pionnier du recrutement au féminin en France

Son nom ne vous parle peut-être pas, mais elle est pourtant une collègue exemplaire de Brendan McFarlane

Son nom ne vous parle peut-être pas, mais elle est pourtant une collègue exemplaire de Brendan McFarlane : "Les joueurs proposés par Julia ont souvent été vendus à un tarif plus élevé que leur valeur initiale. La preuve que Julia a bien un œil", dit d'elle le responsable recrutement du TFC. Julia Arpizou, Toulousaine de naissance, fut joueuse et coach à niveau national avant de revenir au TFC avec une double casquette : coach des U15 féminines et membre de la cellule de recrutement violette. "Quand le président Comolli est arrivé, il a souhaité monter des groupes de travail et de parole en vue d’une restructuration. Quand j’ai présenté l’exposé sur la section féminine, il était là. Le lendemain, il m’a appelé", raconte l'intéressée dans un portrait réalisé par le Journal Du Dimanche.

Depuis cet été, la jeune femme de trente ans est dévouée à 100% au recrutement du TFC. Un rôle auquel n'était pas forcément destinée l'ancienne joueuse lyonnaise, mais qui prend goût à travailler au sein du club toulousain : "La première chose que j’ai voulu savoir, c’est comment ça fonctionne. Comment les algorithmes calculent, les critères mis en place. Il s’agit d’un séquençage très complexe, bien plus poussé que les données de base sur la possession ou les tirs cadrés".

Une recruteuse employée dans un club de football professionnel, cela n'est pas coutume. Si le JDD explique qu'il est habituel de trouver des femmes au recrutement en Angleterre, Julia est donc la première en France. Novateur, à l'image du TFC depuis le rachat du club en 2020 : "Je n'ai pas l’impression d’être regardée ou appréciée selon mon genre". "Il n’empêche, quand MacFarlane oriente des agents vers Julia, la réplique ressemble parfois à ça : «OK, je vais voir avec Julien (Demeaux, ndlr)»", explique le JDD.

(crédit photo : GF38)